Dans le cadre du Plan d’action en matière de sécurité civile relatif aux inondations, le ministère de la Sécurité publique a confié à l’Association de sécurité civile du Québec (ASCQ) le mandat de documenter les bonnes pratiques municipales en matière de sécurité civile.

Prochains rendez-vous:

  • Repentigny le 30 octobre
  • Rimouski le 21 novembre
  • Québec le 22 novembre

Depuis quelques années, plusieurs municipalités sont confrontées à des sinistres de grande et de moins grande envergure. Le développement de bonnes pratiques en matière de sécurité civile est donc devenu une priorité pour le ministère de la Sécurité publique (MSP) du Québec. L’objectif est de créer et de mettre en place un outil de gestion des situations de sinistre et de le rendre disponible aux municipalités. C’est pourquoi, le MSP a confié ce mandat à l’ASCQ. Pour en faciliter la réalisation, celle-ci s’est associée au Cité-ID LivingLab de l’École nationale d’administration publique (ENAP).

Afin de permettre la réussite de ce mandat, plusieurs actions seront menées ces prochains moins par l’ASCQ. Chacune des quatre dimensions de la sécurité civile – Prévention, Préparation, Intervention, Rétablissement – sera abordée. Des activités, des conférences, des webinaires, des rencontres vont être tenues afin d’engager un dialogue et une réflexion collective sur chacune des dimensions. La première abordée très prochainement sera le rétablissement.

Un premier atelier de formation, de réflexion et de dialogue sur les pratiques de rétablissement est en effet organisé ce mardi 18 juin, de 9h à 16h, à l’Hôtel le Navigateur à Rimouski. Il s’adresse aux coordonnateurs municipaux de sécurité civile et aux experts du domaine. Les objectifs de celui-ci sont de réfléchir sur les bonnes pratiques à développer et celles à éviter pour un rétablissement réussi, et d’établir les actions prioritaires pour concrétiser les solutions à court terme.

Cet atelier marque le lancement d’une démarche de réflexion, d’élaboration et d’expérimentation pour améliorer concrètement les pratiques de rétablissement. Cette démarche se déroulera jusqu’en janvier 2021. Sur la base des échanges de ce premier atelier, deux autres se sont tenus, à Québec le 5 juin et à Rimouski le 18 juin, pour développer de nouveaux outils de rétablissement et les expérimenter.

Lors de ces journées, les participants ont eu ou auront l’occasion d’apprendre, de réfléchir et d’échanger avec des experts et des praticiens expérimentés sur le rétablissement. Pourquoi est-ce important de s’y attarder ? Quelles sont les meilleures pratiques ici et ailleurs ? Vers quel type de rétablissement souhaitons-nous tendre collectivement et au sein de nos organisations respectives ?

Pour s’inscrire à l’un ou l’autre des ateliers, le lien sera disponible bientôt.